Une ferme agroécologique expérimentale diffuse ses innovations

Le Groupe de Recherche en Agriculture Biologique crée à deux pas d'Avignon une ferme pilote agroécologique destinée à diffuser sur toute la région les meilleures techniques pour une agriculture biologique durable.

« Le Domaine de la Durette est voisin immédiat du champ captant de la Saignonne exploité par Veolia Eau qui pourrait devenir une belle vitrine des techniques agricoles « zéro intrants » pour la préservation des ressources aquatiques. »

Xavier Heber-Suffrin

Créé par des agriculteurs et un chercheur pionniers il y a plus de 30 ans, le Groupe de Recherche en Agriculture Biologique (Grab) s'est fixé pour objectif d'améliorer les pratiques et les techniques de production en agriculture biologique, pour répondre aux nouveaux enjeux planétaires (alimentation d'une population croissante, adaptation aux changements climatiques, raréfaction des énergies fossiles, épuisement des écosystèmes, santé des êtres vivants et durabilité de l'agriculture) et de favoriser l'utilisation de ses connaissances et de ses innovations par l'ensemble des agriculteurs.

Innovation, utilité sociale et rentabilité économique

Avec sa ferme agroécologique du domaine de la Durette, une propriété du Conseil général de Vaucluse située aux portes d'Avignon, le Grab expérimente un système agricole autour de quatre pôles d'activité étroitement liés : une exploitation biologique, un terrain de recherche expérimentale, un centre de formation professionnelle agricole et de sensibilisation pour le grand public.

Portée en partenariat notamment avec l'Inra, la Chambre d'Agriculture du Vaucluse, l'Université d'Avignon et l'Institut Technique de l'Agriculture Biologique, cette ferme pilote est basée sur le champ captant de la Saignonne qui sert à l'alimentation en eau potable du Grand Avignon.

Débuté depuis 2010, le projet s'inscrit sur le moyen terme (15 ans), avec des plantations en 2013, des premiers résultats en 2014 pour les cultures annuelles et en 2016 pour les cultures pérennes. Le pôle économique et social associe de façon innovante l'arboriculture, le maraîchage, la viticulture et le petit élevage, sur les principes de l'agroforesterie, pour développer les services écosystémiques rendus par chacune des activités. L'objectif de rentabilité économique est un facteur prépondérant dans les choix techniques. Le nombre d'emploi créé est estimé à cinq équivalents temps plein.

Recherche, formation et sensibilisation

La ferme est un terrain de recherche expérimentale pour les partenaires scientifiques souhaitant valider des hypothèses de travail sur les cultures en place et leurs diverses associations à l'échelle de l'ensemble du système. Elle est également un lieu de formation pour les producteurs souhaitant créer ou convertir leur exploitation en bio, à travers de la création d'une pépinière d'entreprises agricoles, mais aussi pour les étudiants agricoles. Les résultats de ses recherches sont présentés lors d'activités démonstratrices pour diffuser les innovations au grand public.

Un réseau professionnel et des partenaires compétents et structurés

A terme, la gouvernance du projet pourrait être confiée à une structure de type associative issue du comité de pilotage, constitué en 2010, qui réunit tous les partenaires mobilisés autour du projet ainsi que des acteurs locaux actifs dans l'agroécologie. En attendant, une cellule technique, regroupant exploitants agricoles, expérimentateurs et chercheurs, est l'instance de coordination pour le pilotage des décisions.

Un groupe d'agriculteurs référents (10 maraîchers et arboriculteurs) a été créé en 2011 pour valider les systèmes de culture et suivre périodiquement leur évolution. La gestion des productions et leur commercialisation est confiée à un groupement agricole ad hoc.

Différents partenaires sont chargés de l'étude et du suivi économique : la Chambre d'Agriculture, qui accompagne notamment les jeunes agriculteurs s'installant en bio et les projets de conversion, Bio de Provence, qui fédère les groupements bio de la région, et le Pôle Européen d'Innovation Fruits et Légumes (PEIFL). Labellisé pôle de compétitivité en 2005, le PEIFL intervient en particulier pour son expertise sur le montage de financements recherche / entreprise.