Une école et un atelier qui préservent les ressources locales

L'association des étudiants du Magistère et Master de relations internationales et action à l'étranger de l'Université de Paris I construit et équipe une école pour des enfants et un atelier de couture pour des jeunes femmes analphabètes dans le sud de l'Inde.

Créée en 2000, l'Association Magisphère Niger, devenue Magisphère en 2012, met en œuvre des projets de solidarité internationale. Elle réunit des étudiants du Magistère et Master de relations internationales et action à l'étranger (MRIAE) de l'Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et de l'Institut de Recherches Internationales et Stratégiques (Iris).

Ses membres ont ainsi des compétences dans des domaines aussi variés que la géopolitique, l'économie, le droit international, la finance... Ils bénéficient de l'expérience de ses anciens membres qui, de 2000 à 2010, ont soutenu le développement de l'école publique de Tiggart dans le nord du Niger.

Une école pour les enfants, un atelier professionnel pour les jeunes femmes

Ces derniers participent aujourd'hui au montage du nouveau projet de Magisphère, en Inde, en supervisant l'ensemble des activités et en validant les orientations. L'objectif est de mettre en place une structure d'enseignement général et professionnel dans le village de Ganga Bigha (district de Gaya, État de Bihar) en soutien aux activités développées depuis 2006 par le partenaire indien de Magisphère, Prayas Welfare Trust.

Plus concrètement, il s'agit de construire un bâtiment à même d'accueillir deux salles de classe à destination des enfants (5 à 16 ans) et un atelier de couture pour les jeunes filles (18 à 25 ans), non scolarisés. Magisphère collecte des fonds pour acheter le terrain et construire le bâtiment, les étudiants veillant à la mobilisation de la communauté locale pour qu'elle participe à la construction. Contribuant aux capacités des porteurs du projet au niveau local pour que ceux-ci puissent à terme devenir totalement autonomes, l'association anticipe dès à présent un passage de relais définitif en 2014 ou 2015 à Prayas School Welfare Trust.

Un bâtiment qui préserve les ressources énergétiques et aquatiques locales

Les aspects sanitaires et environnementaux sont considérables et préservent les ressources naturelles locales. Il est ainsi prévu une autonomie en électricité de l'école et de l'atelier de couture grâce à l'installation de panneaux solaires ainsi que des latrines alimentées par une citerne de récupération d'eau.

Par ailleurs, Magisphère a prévu de présenter le projet à des collégiens et des écoliers français pour les sensibiliser à la solidarité internationale et aux enjeux de l'éducation dans les pays émergents.

Le parrain du projet, Frédéric Barlet, ingénieur responsable de la prévention et de la sécurité au sein du Centre Var de Veolia Eau, aide les étudiants à définir et développer le volet environnemental : pompe à eau, latrines, citerne, panneaux solaires.