Un accès à l’eau pour 20 000 Maliens

Les habitants du chef-lieu de commune Séro ont eu accès à l’eau jusqu’en 2014. Mais, depuis la mise à l’arrêt du système d’adduction, il faut parfois parcourir plusieurs kilomètres pour trouver des puits. Le projet permettra la réhabilitation et l’amélioration des infrastructures existantes.

Depuis sa création en avril 2013, l’association Espoir des villages de Séro promeut des projets facteurs de paix, d’unité et de solidarité sociale pour les villageois de Séro, chef-lieu de la commune rurale de Séro Diamanou (Cercle de Kayes, à l’ouest du Mali). Animée par d’anciens habitants de la région, elle se positionne aux avant-postes de la défense des intérêts des villageois et travaille dans les domaines économique, social, éducatif, sanitaire et environnemental. 

Rétablir un système préexistant

Séro, qui regroupe 18 villages et 19 hameaux, se situe sur l’axe routier Kayes-Yélimané, où le projet soutenu par la fondation Veolia sera réalisé. L’objectif est de rétablir un accès à l’eau potable dans un secteur où plusieurs milliers de personnes en sont privées depuis l’abandon d’un système de forage en 2014. Pour se ravitailler en eau, les habitants doivent se rendre à plusieurs kilomètres dans les autres villages qui possèdent des puits à grand diamètre.

Six points de forage

Grâce au soutien de la fondation Veolia, de l’Agence des micro-projets et du Grand-Lyon, des travaux ont été entrepris en 2018. Avec la direction de l’hydraulique de Kayes, six forages ont été menés. Cinq d’entre eux se sont révélés négatifs et un sixième est positif, avec un débit suffisant pour assurer l’approvisionnement en eau de Séro et de ses hameaux. Mais il est situé à six kilomètres de la commune. Pour relier ce forage aux infrastructures existantes, sur lesquelles l’association porteuse du projet va s’appuyer, la Fondation a complété son soutien fin 2018. La prochaine étape consiste à réhabiliter et à améliorer le château d’eau en recourant à un système de pompage solaire. Objectif : rendre cette fois durable l’accès à l’eau pour des milliers de Maliens.