Sensibiliser et former pour mieux gérer la question des déchets urbains

Elans (Ensemble pour l'action nord sud) intervient depuis des années au Cameroun où elle mène différents programmes de solidarité. Avec la Communauté urbaine de Dschang, elle développe un ambitieux projet de gestion des déchets ménagers, pour faire passer le taux de collecte de 30% à 80 %.

« Je suis le parrain de cette association, mais aussi un membre très impliqué dans ce projet. J'ai connu le président de l'association lors de ma formation au sein du Mastère spécialisé en "Gestion, traitement et valorisation des déchets" de l'École nationale du génie de l'eau et de l'environnement de Strasbourg. Grâce à l'expertise de collègues du groupe et à des partenaires locaux, nous pouvons choisir du matériel adapté et mieux dimensionner les coûts liés à la collecte. La collaboration avec l'équipe de la fondation Veolia constitue un autre atout. Elle nous permet de travailler sur le contenu des formations organisées sur place au profit des employés municipaux sur différentes problématiques-clés : sécurité, entretien, etc. »

Guillaume Courtin

A l'instar de la majorité des agglomérations des pays en développement, la Communauté urbaine de Dschang (CUD), au Cameroun, est en butte à la question difficile du traitement des déchets. Leur volume par habitant augmente sensiblement, comme dans les villes du nord, mais la capacité des filières locales demeure très en deçà des besoins.
L'association Elans (Ensemble pour l'action nord sud) collabore depuis quatre ans déjà avec les services de la ville de Dschang sur cette thématique. Elle a mené plusieurs études de faisabilité pour identifier les solutions pertinentes à mettre en œuvre. Le projet de gestion globale des déchets qui en résulte couvre l'ensemble du sujet: la sensibilisation de la population, la pré-collecte et la collecte puis le traitement par compostage et l'enfouissement.

Disparition de 25 dépôts sauvages

Devant l'ampleur de la tâche, la fondation Veolia apporte son concours tant au plan financier que sous forme de mécénat de compétences. En effet, outre le parrain du projet, plusieurs salariés de Veolia Propreté ont déjà aidé l'association à comparer et chiffrer différentes hypothèses pour sélectionner les mieux adaptées aux réalités locales.

Forte de ces soutiens et d'une coopération solide établie avec plusieurs collectivités territoriales françaises, Elans et la CUD entrent désormais dans la phase opérationnelle.

Premier acte : la mise en place d'une pré-collecte en porte à porte dans les quartiers difficiles d'accès, afin de faire disparaître environ 25 des 40 dépôts sauvages recensés dans la ville et de permettre aux bennes et camions grues d'intervenir à partir des cinq déchetteries et des dix points de regroupement intermédiaires créés en parallèle.

Le déploiement du matériel de collecte, puis du dispositif de compostage et d'enfouissement, sera complété par un effort soutenu auprès de la population (opérations de sensibilisation et de communication) et des agents de la ville, dans le cadre de formations adaptées : risques liés aux métiers de la propreté urbaine pour les éboueurs et les balayeurs, sécurité pour les chauffeurs de camions, maintenance des véhicules. Un programme d'ensemble qui se traduira par une avancée considérable en termes de qualité de vie, de santé et de protection de l'environnement.