Sauver les temples d'Angkor et protéger les populations voisines

Afin de protéger les sites du temple d'Angkor contre les moussons et de lutter contre les inondations pour sécuriser la population paysanne qui vit dans les environs, l'Association des amis d'Angkor veut optimiser l'assainissement et la gestion des eaux de la zone d'Angkor et de Siem Reap.

« Ce projet est au cœur des adaptations nouvelles liées au changement climatique, en particulier dans cette partie d'Asie du Sud-Est où les inondations en période de mousson et de typhons sont parfois dramatiques pour la population locale. » Bernard Willinger

Créée en 1988, l'Association des amis d'Angkor a pour missions de sensibiliser à la civilisation khmère, de contribuer à la restauration et à l'entretien des monuments du Cambodge, dont notamment la protection du site d'Angkor. Cette ancienne capitale de l'ancien empire Khmer est structurée de manière complexe sur 400 km² avec un réseau de canaux quadrillé, et les bassins de retenue d'eau de sa rivière sacrée. Le réseau hydraulique a cessé de fonctionner avec le temps. Or des épisodes désastreux d'inondations en 2012 et 2013 ont montré toute la pertinence de ce réseau hydraulique qui, de plus, joue un rôle crucial pour la stabilité des monuments du site.
 

Dans cette perspective de restauration du système hydraulique d'Angkor, une convention a donc été signée en 2013 entre l'Autorité cambodgienne pour la Protection du site de la région d'Angkor (Apsara), le gouvernorat de Siem Reap, l'association des Amis d'Angkor et le Syndicat interdépartemental d'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAAP). Une mission de l'Agence française de développement a permis par ailleurs d'évaluer les besoins pour la remise en fonction de ce réseau.

Aujourd'hui, l'Association des amis d'Angkor travaille à la mise en place d'un système de télémétrie permettant de mesurer mesurer les niveaux d'eau et la pluviométrie, afin de prévenir les crues et d'accompagner la restauration des réseaux hydrauliques d'Angkor.

ANGKOR ET SES EAUX, PATRIMOINE EN DANGER

Veolia accompagne ce vaste programme grâce à du mécénat de compétences d'experts envoyés sur le site d'Angkor, et aussi en finançant l'installation de stations de mesure sur le modèle mis en service sur la Bièvre en région parisienne.

168 000 habitants concernés

Ce programme va bénéficier au 168 000 habitants des 112 villages de la zone et entraîne la création de 15 emplois locaux. L'impact environnemental et social de ce projet est conséquent, c'est pourquoi la fondation Veolia encourage l'implication des collaborateurs du groupe et soutient financièrement l'association des Amis d'Angkor.