Mission microplastiques : étudier les origines de la pollution en remontant 10 fleuves européens

Pendant six mois, la goélette Tara est de retour sur les flots pour une mission qui va conduire l’équipe sur dix fleuves d’Europe. Objectif : caractériser les flux de la pollution microplastique pour évaluer l’impact des plastiques de la terre vers la mer.

Les microplastiques représentent 94 % des plastiques retrouvés en mer. L’équipage de la célèbre goélette Tara le sait pour en prélever depuis 2010 dans ses filets lors de ses différentes expéditions. En 2014, elle s’était particulièrement confrontée au sujet en Méditerranée lors d’une expédition déjà soutenue par la fondation Veolia. Le constat dressé la conduit à repartir en mer, de mai à novembre 2019, sur les traces de cette pollution très particulière.
 


Des fragments problématiques

Issus de la dégradation des macrodéchets plastiques, les microplastiques ont de nombreuses interactions avec les organismes marins : dispersion d’espèces potentiellement invasives ou pathogènes fixées sur les plastiques, accumulation de produits toxiques dans la chaîne alimentaire, etc.
 
C’est pour mesurer cet impact que Tara va remonter 10 des 15 principaux fleuves d’Europe pendant six mois. L’échantillonnage est prévu à l’embouchure de la Tamise (Angleterre), l’Elbe et le Rhin (Allemagne), la Seine, la Loire, la Garonne et le Rhône (France), le Tage (Portugal), l’Èbre (Espagne) et le Tibre (Italie).

6 mois

10 fleuves

18 escales

10 fleuves pour un double objectif

Cette expédition doit permettre d’identifier les sources de pollution, comprendre leur fragmentation dans les fleuves et prédire leur dispersion vers l’Océan. Il s’agit également de comprendre leurs impacts sur la biodiversité marine et leurs effets sur la chaîne alimentaire.
 
Les 18 escales seront aussi une occasion de découvrir la recherche scientifique de haut niveau réalisée avec le Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL). Un consortium coordonné par l’EMBL regroupe plus de 100 scientifiques et 18 institutions partenaires dans le monde penchés sur le sujet de la pollution plastique. La direction scientifique de la Mission microplastiques 2019 est assurée par l’écotoxicologue Jean-François Ghiglione.