News & newsletter
18 novembre 2013

La fondation Veolia se mobilise auprès de ses partenaires pour fournir de l'eau potable aux victimes du typhon qui a frappé les Philippines

Après une catastrophe naturelle comme celle qui vient de frapper les Philippines, il convient de redonner l'accès aux services essentiels aux populations fragilisées. L'urgence humanitaire se concentre alors sur les domaines vitaux de la santé et de l'eau et de l'assainissement afin d'éviter les épidémies. Fournir de l'eau potable devient une priorité. C'est la raison pour laquelle la fondation Veolia se mobilise auprès de ses partenaires.

La Fondation Veolia et son réseau de collaborateurs volontaires "Veoliaforce" est donc mobilisée auprès de ses partenaires opérationnels pour venir en aide aux populations sinistrées après le passage du typhon qui a frappé les Philippines.

C'est ainsi que des volontaires partiront sur le terrain avec l'ONG Solidarités International dès lundi, dans la zone de Tacloban, pour assurer le montage de deux stations de traitement d'eau et la formation des opérateurs. De type Aquaforce 500, ce matériel basé sur la technologie d'ultrafiltration est capable de fournir 15 litres d'eau potable par personne et par jour à une population pouvant aller jusqu'à 2 000 personnes.

Grâce à l'optimisation de son poids (250 kg de matériels), son volume réduit (2,5 m3), son ergonomie, sa robustesse, son conditionnement et sa facilité d'utilisation, l'Aquaforce 500 est facilement transportable par avion ou par pick-up, facilement déployable sur le terrain et adaptée aux conditions extrêmes.

D'autres organisations ont sollicité la Fondation pour un appui en termes de diagnostic des dommages sur les stations de production d'eau et les réseaux de distribution et envoyer des équipes sur le terrain en vue d'évaluer les besoins et dimensionner leur réponse.

Des contacts sont en cours avec l'ONG Première Urgence, la Croix-Rouge française et l'ONG Médecins du Monde, avec laquelle la fondation travaille depuis plus d'un an à améliorer les conditions sanitaires des recycleurs informels des D3E dans les décharges de Manille.