Ressources médias
Actualités
8 février 2016

La Fondation intervient au Kenya pour lutter contre la transmission du VIH

Aux côtés de son partenaire Médecins sans frontières, la fondation Veolia est intervenue fin 2015 pour permettre à un Centre de santé mobile de poursuivre sa campagne de lutte contre la transmission du VIH sur les rives du lac Victoria, à l’Ouest du Kenya.

Kenya-Plumas-2015-1
Le Kenya compte parmi les pays lourdement touchés par le VIH. En 2012, une étude a montré qu’une personne sur quatre était séropositive dans le district de Ndhiwa, dans l'Ouest du Kenya, sur les rives du lac Victoria. Et l’épidémie continue de se propager : chaque année, deux nouvelles personnes sur 100 sont infectées par le virus. Dans ce contexte, Médecins sans frontières (MSF) a lancé un programme à Homa Bay, en collaboration avec le ministère de la Santé kenyan, de lutte contre la transmission du VIH.
 

La fondation Veolia a accompagné MSF dans la création d’un Centre de santé itinérant, début 2015, en fournissant une Aquaforce 500. Cet équipement mobile de production d’eau, conçu par la fondation Veolia avec les équipes de Veolia Recherche et Innovation (Veri), permet de fournir 20 litres d'eau potable par jour et par personne. Elle suit les déplacements, chaque mois, du Centre de santé.

Kenya-Plumas-2015-3

Au début de l’hiver, l’équipe de MSF a constaté un dysfonctionnement sur l’Aquaforce 500, entraînant le départ en mission d’un collaborateur de la Fondation. Pendant dix jours en décembre, Frédéric Plumas, chargé de mission, a travaillé sur le site pour à la fois constater les difficultés rencontrées, proposer une solution technique et former les nouvelles équipes de MSF présentes sur place.

Kenya-Plumas-2015-2

Pour la Fondation, l’utilisation continue et en mobilité de l’Aquaforce 500 permet de tester ce matériel d’exception sur la durée et en parfaite intelligence avec un partenaire important : MSF. Un accord a d’ailleurs été formalisé en mars 2015 avec l’ONG.

A Homa Bay, c’est une pierre de plus pour réduire la transmission du virus et le taux de mortalité des personnes malades du sida.

*
* *

PLUS D’INFORMATIONS :