News & newsletter
4 septembre 2010

Interview d'Eric Lambin, lauréat du Prix du Livre Environnement 2010

Eric Lambin, avons-nous besoin de la nature pour être heureux ?

De nombreuses études récentes montrent qu'un contact étroit avec la nature contribue au bonheur de l'homme moderne par un effet apaisant et de fascination douce. L'effet réconfortant de la nature sur l'esprit humain s'explique en partie par le patrimoine génétique de l'homme, qui reste influencé par ses racines préhistoriques dans la vie sauvage. Le rapport avec la nature est une source de réalisation de soi, il donne du sens à la vie et créé un sentiment d'appartenance à un ensemble plus vaste. Préserver le monde naturel et sa diversité est donc dans l'intérêt profond des individus et de l'humanité. Une perception positive de la nature et de ses bienfaits promeut l'adoption de comportements en accord avec un développement durable. En effet, le respect de l'environnement est fondé sur un lien affectif éprouvé vis-à-vis de la nature, qui contribue également au bonheur.

Quel impact sur l'être humain ont les changements environnementaux ?

Les changements environnementaux ont un impact souvent insoupçonné sur la santé. Les maladies émergentes, les zoonoses, les maladies à transmission vectorielle, la pollution de l'air et les vagues de chaleur sont toutes liées en partie à la transformation par l'homme de l'environnement. La dégradation de l'environnement naturel contribue également de manière indirecte à certaines formes d'insécurité, même si les notions de conflits et réfugiés environnementaux sont parfois exagérées. Les pays pauvres sont les plus vulnérables face aux changements environnementaux. Il y a une asymétrie profonde entre les régions du monde qui sont la cause principale des changements environnementaux d'ampleur mondiale, c'est-à-dire les pays riches, et celles qui en subissent les effets les plus néfastes, principalement les pays pauvres. L'exportation de la dégradation environnementale des pays riches vers les pays pauvres est un mécanisme pervers permettant d'importer du bien-être vers les pays qui en sont déjà le plus pourvus.

Comment devient-on expert des interactions entre l'homme et son environnement ?

Géographe de formation, il m'est vite apparu qu'il était impératif d'améliorer la compréhension scientifique des interactions entre l'activité humaine et son environnement naturel à une échelle mondiale. Ceci a nécessité une approche interdisciplinaire de la recherche scientifique et le développement de nouveaux outils - des satellites d'observation de la terre aux modèles de simulation dynamiques - pour mener des analyses intégrées de cette problématique.