Le thé de Gambie, source de développement pour les agriculteurs de Pointe Noire

Des étudiants en agro-développement accompagnent le développement d'une filière de production, transformation et commercialisation du thé de Gambie (Lippia Multiflora) dans la région Kouilou du Congo (Pointe Noire). L'objectif est de créer une activité économique à faible impact environnemental source de revenus complémentaires pour les populations agricoles locales.

ISEE (Istom Student Environmental Expertise) est une association créée en 2010 par les étudiants de l'École supérieure d'agro-développement de Cergy-Pontoise, qui s'oriente vers la mise en place d'expertises liées au développement durable, à travers l'amélioration des conditions de vie des populations locales ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement.

Des projets de mise en valeur de l'environnement

Depuis 2010, trois missions d'expertises ont été réalisées par les membres de l'association sur les thèmes de la biodiversité et du développement socioéconomique des populations :

  • 2011 : Mozambique - Etude sur l'efficacité de la production d'arbres et de leur intégration au sein de systèmes agro-forestiers dans la zone tampon du parc national du Limpopo (primée par la fondation Veolia en 2011) ;
  • 2012 : Madagascar - Etude de faisabilité pour la mise en place d'un projet de tourisme responsable haut de gamme au sein d'une aire protégée privée sur l'île d'Iranja ;
  • 2013 : Bolivie - Mise en place d'un système permettant de coordonner la volonté de conservation de la biodiversité d'un espace et de la possibilité pour les populations locales de poursuivre leurs activités

Une démarche de développement économique et social

En 2014, ils vont se rendre au Congo à Pointe-Noire dans la région de Kouiliou. Sur le terrain, les équipes estudiantines veulent étudier la faisabilité d'une filière complète de production, transformation et commercialisation de la plante Lippia Multiflora (thé de Gambie) afin d'en faire de l'huile essentielle, de la poudre, et des infusions (en sachets) qui se vendraient sur le marché national congolais et international.

L'objectif à long terme est surtout le développement économique et social de la zone où seront implantées la filière et l'unité de transformation. L'association mène son projet avec un entrepreneur solidaire distingué en 2011 par le Président de la République congolaise par le prix « Une idée de nouvelle entreprise » lors de la convention nationale sur l'entreprenariat pour son projet d'unité de transformation.

Au programme, l'identification des acteurs, notamment les maraîchers locaux producteurs du Lippia Multiflora qui trouveront dans cette filière une source de revenus complémentaires ; la création d'un business plan à faible impact environnemental (biomatériaux, recyclage des déchets verts en engrais, etc.) et la formalisation des contrats entre les maraîchers et l'unité de transformation, chargée de la commercialisation.

Il s'agit d'une première au Congo avec la création d'une unité alliant développement de l'agriculture locale et respect des normes environnementales. Par ailleurs, outre la création de 40 emplois pour l'unité et l'implication d'une centaine de maraichers, ce projet s'inscrit dans une démarche d'économie circulaire. En effet, les déchets transformés en engrais seront redistribués aux maraîchers.

Le jury du Prix de la Solidarité Etudiante sensible à la cohérence du projet et à son approche globale lui octroie le 2e prix de son édition 2014.