Faire jaillir l'eau pour irriguer la vie

Au Sahel, la vie s'organise autour des points d'eau. Appuyés par l'ONG Amitié Solidarité Savoie-Sahel, quatre villages du nord du Burkina Faso bénéficieront bientôt de nouveaux forages. Cet accès à l'eau est à la fois vital pour la population et nécessaire à toutes les activités économiques.

« Ce programme va aider la population, et notamment les jeunes, à rester sur leurs terres, auxquelles ils demeurent très attachés. Cela devrait contribuer à ralentir le mouvement d'exode rural vers les banlieues de Ouagadougou ou vers "l'eldorado" européen. »
Christophe Lassauzet

En pleine zone sahélienne, la province du Soum, au nord du Burkina Faso, est durement confrontée à l'avancée de la désertification. Les pâturages se font de plus en plus maigres et ne suffisent pas à faire vivre les populations de tradition pastorale. Beaucoup de jeunes doivent partir vers la capitale, les pays voisins ou parfois l'Europe. Pourtant, la population est attachée à sa terre et tente de s'organiser afin de continuer à y habiter, malgré les rudes conditions climatiques. Ainsi, dans les villages de Gorguel, Dalla, Senaikaye et N'goroua, l'organisation burkinabé Hansina Domba met en œuvre un programme d'actions pour améliorer les conditions de vie. Elle est aidée par l'association Amitié Solidarité Savoie-Sahel (ASSS), qui appuie depuis longtemps les initiatives de développement dans la région.

L'eau, facteur du développement

 

Les deux partenaires ont élaboré un programme d'approvisionnement en eau potable pour les quatre villages, avec la volonté d'améliorer sensiblement les conditions de vie sanitaires des villageois et de leur permettre, dans un deuxième temps, de se lancer dans des cultures maraîchères, grâce à des systèmes d'irrigation.

L'approvisionnement en eau de trois mille personnes sera réalisé grâce à la construction de quatre forages et d'un puits busé. En parallèle, les berges d'une mare naturelle seront aménagées afin que le bétail puisse s'abreuver sans souiller ni gâcher l'eau.

En donnant les moyens du démarrage d'une agriculture locale, ce programme permettra d'apporter un complément alimentaire indispensable aux familles, et notamment aux enfants. Mais au-delà, il sera surtout le vecteur indispensable de tout le futur développement économique et social de la région.