Exigence professionnelle de premier plan pour des adultes psychotiques

Pour garantir les bonnes conditions de travail de ses employés et la qualité des pièces qu'il produit, l'ESAT de la Bièvre (géré par l'association GERRMM) renouvelle son parc de machines outils.

« La modernisation de l'atelier de métallerie et d'époxy nous permet d'envisager une collaboration avec cet établissement. Il pourrait fabriquer certaines pièces d'équipement de nos installations Veolia Eau : des crochets d'ancrage pour les canalisations du réseau d'égouts parisiens, par exemple. Ce partenariat pourrait même nous mener vers la mise en place d'exécution de pièces très spécifiques. Cela permettrait de pérenniser les emplois créés.  »

Alain Bunisset

Dans le XIIème arrondissement de Paris, l'association GERRMM (Groupe d'Études et de Recherche pour la Réinsertion des Malades Mentaux) gère un ESAT (Établissement de Service d'Aide par le Travail) particulièrement actif.
Plusieurs ateliers très spécialisés y sont en effet proposés aux adultes psychotiques - hommes et femmes - qui fréquentent les lieux. L'ESAT développe ainsi des activités de métallerie (mécanique, soudure, époxy), d'électromécanique (montage, câblage, fabrication de borniers, de coffrets électriques, luminaires à destination des designers, etc.) et de la couture-broderie industrielle. Les employés travaillent sur des matériels tout à fait professionnels - identiques à ceux que l'on utilise dans les PME-PMI.

Des conditions de travail améliorées

Cette haute technicité apporte beaucoup aux personnes en difficulté psychique qui travaillent ici. Grâce à l'attention qu'exigent les différents métiers et les machines à disposition, elles sont stimulées aux plans intellectuels, physiques, gestuels et sociaux. Et, dans la mesure où l'ESAT leur garantit un environnement professionnel protégé, elles recouvrent progressivement une certaine autonomie, avec une meilleure gestion du risque.

Afin de conserver exigence et qualité professionnelles, l'ESAT doit aujourd'hui rénover et développer son atelier de métallerie qui fonctionne avec des équipements d'occasion acquis dans les années 1990. Cette rénovation, que la fondation Veolia accepte de financer en partie, va présenter plusieurs avantages : la production de l'ESAT restera adaptée à la demande de la clientèle, les travailleurs en situation de handicap conserveront une réelle action technique dans les réalisations qu'ils prendront en charge et leurs conditions de sécurité seront sérieusement améliorées. Enfin, certaines tâches répétitives ou fastidieuses et la pénibilité de certains postes seront grandement diminuées.

En complément des achats de machines outils réalisés grâce à la Fondation, l'ESAT prévoit aussi de réorganiser les zones de travail et d'améliorer les systèmes de ventilation. Des aménagements conçus avec le souci constant de favoriser le confort et la responsabilisation des personnes accueillies dans les ateliers.