Des “summer camps” pour dépasser les discriminations identitaires

Engagés avec l’association Tarisznya Taborok, des étudiants de la Central European University s’investissent dans l’animation de camps d’été qui accueillent des enfants roms et non-roms dans les régions les plus défavorisées de la Hongrie. Ils ont remporté le 3e Prix de la Solidarité Etudiante 2018.


Créée en 2016, Tarisznya Taborok s’est fixé l’objectif de développer des programmes d’accueil et d’éducation d’enfants âgés entre 10 et 14 ans dans les régions les plus pauvres de Hongrie. L’association réalise un important travail de recherche et de développement d’activités, allant d’expériences scientifiques à des projets artistiques, qui sont conçus pour les enfants et les équipes.

Des camps d’été au bénéfice des enfants

Pendant ces camps d’été, les bénévoles mettent en place des projets visant à stimuler par l’apprentissage la curiosité et la motivation des enfants, à les préparer pour l’année scolaire à venir et à améliorer leur compréhension de soi et leurs compétences sociales. La pédagogie est adaptée et originale : elle vise à redonner l’envie d’apprendre, à renforcer la confiance en soi et à développer ainsi l’autonomie éducative des enfants.
 
Les résultats sont perceptibles : la motivation et les résultats des enfants progressent nettement et les situations de conflit sont moins nombreuses. Les enfants acquièrent des bases éducatives et sociales qui leur permettent d’aborder leur avenir plus sereinement. Des visites durant l’année permettent de faire un point sur la situation des enfants et d’imaginer et planifier de nouvelles activités. Les bénévoles restent ainsi en contact avec les enfants et peuvent s’assurer de la continuité de bons résultats à l’école tout au long de la scolarité.

Un engagement porteur de lien social

La démarche est également porteuse de lien social. Les camps d’été représentent une opportunité pour des villages éloignés d’en faire un événement positif et fédérateur. L’initiative développe du lien social au sein des communautés locales et parmi les enfants et leurs familles de différentes régions et origines. La cohésion sociale est renforcée dans les villages où les camps sont organisés, grâce notamment aux échanges entre parents, bénévoles habitants.
 
Des étudiants volontaires de la Central European University s’engagent dans l’animation de camps d’été avec Tarisznya Taborok. Lauréats du 3e Prix de la Solidarité Etudiante, ils vont accueillir des enfants roms et non-roms dans les régions les plus défavorisées de la Hongrie, où aucune structure de soutien n’existe à ce jour. L’objectif est d’aller à l’encontre des fortes discriminations identitaires qui clivent la population. L’association entend participer à l’émergence d’une jeunesse hongroise unie.