Des femmes pour des femmes au Burkina Faso

Une association d'étudiantes en écoles de commerce forme à la gestion et à la création d'entreprises des femmes de Bobo-Dioulasso au Burkina Faso, en collaboration avec une association implantée localement.

Les femmes réalisent 66 % du travail dans le monde et produisent 50 % de la nourriture ou des denrées alimentaires mais ne gagnent que 10 % des revenus et ne possèdent que 1 % des richesses mondiales, selon la Banque Mondiale. Face à ce constat, l'association World Wom'ents regroupe depuis 2011 des étudiantes de l'ESSEC, école de commerce, pour donner à des femmes entrepreneuses dans les pays en développement une formation en gestion leur permettant de créer leur entreprise. Pour cela, elles recherchent et mettent au point des outils de formation adaptables et flexibles en s'immergeant au plus près du terrain et co-construisant des programmes de formation avec des partenaires locaux, les aidant à pérenniser leur action.

De l'analyse des besoins...

Tout en souhaitant développer à terme son activité à travers le monde, World Wom'ents a décidé de lancé ses premières missions en Afrique francophone : au Sénégal et au Burkina-Faso. A Bobo-Dioulasso, au sud-ouest de ce dernier, elles travaillent en collaboration avec l'antenne burkinabée de l'association Asfodevh (Association pour la formation en développement humain), un réseau africain de volontaires. Lors d'une première phase d'immersion et d'étude sur le terrain d'une durée de trois mois environ, les étudiantes identifient les besoins précis des entrepreneuses dans le contexte local. Puis, en collaboration avec l'Asfovedh, elles élaborent un module de formation pour une vingtaine d'entrepreneuses spécialisées dans la filière agroalimentaire.

... A la formation des entrepreneuses

Parmi les projets menés par l'Asfovedh, World Wom'ents peut ainsi apporter ses compétences en commercialisation et distribution d'un groupement de femmes utilisant une technique simple et efficace de transformation et de conservation de la sauce tomate, leur permettant d'en avoir dans leurs foyers et sur leurs étalages toute l'année. Le projet comporte un volet de formation technique assuré par Asfodevh et un volet de formation en gestion (commercialisation, distribution) dans lequel World Wom'Ents intervient.

Sans oublier la pérennisation des projets

Les étudiantes ont également pour objectif de développer les capacités de l'association locale à mettre en place et à assurer des formations en gestion pour que le projet puisse être pérennisé et dupliqué par la suite. Cette autonomisation économique est essentielle dans un pays en développement.

Le projet fait l'objet d'un co-parrainage. Il est ainsi parrainé par Arnaud Assié, apprenti à la direction du Développement Durable de Veolia et qui est également étudiant à l'ESSEC et André-Louis Chaussenery qui travaille au Burkina Faso pour la SADE.