Des chevaux et des ânes pour favoriser l'insertion professionnelle

Dans les Monts du Lyonnais, sur les territoires montagneux et ruraux compris entre Lyon, Roanne et Saint-Étienne, la traction animale aide les personnes en difficultés sociale et professionnelle à se réinsérer. Une technique "vieille comme le monde" qui offre plus d'un avantage.

« En complément de l'action très positive qu'induit la traction animale sur la psychologie des personnes en insertion, je suis très favorable à ce projet parce qu'il remet à l'honneur des méthodes de culture et d'exploitation ancestrales. Moi-même fille d'un exploitant agricole dans le Jura, j'attache beaucoup d'importance à toutes les démarches visant à préserver l'environnement. »

Christine Yu

Bien souvent, les freins à l'insertion professionnelle sont aussi d'ordre psychologiques, en complément de tous les aspects liés à la qualification. Aux portes de l'Auvergne, dans les Monts du Lyonnais - un territoire situé entre Lyon, Roanne et Saint-Étienne - l'association Jardin d'Avenir, qui propose des emplois d'insertion à partir d'une exploitation d'agriculture biologique, a fait le constat que le fait de réintroduire la traction animale dans son activité aidait à faire "sauter" ces verrous psychologiques.
La présence d'animaux - des chevaux et des ânes - oblige en effet les jardiniers en insertion professionnelle à prendre en charge de nouvelles responsabilités : il faut veiller à ce que les abreuvoirs soient remplis, à ce que les animaux aient leur ration quotidienne de nourriture, à ce que leurs enclos soient bien entretenus, etc.
Grâce à ces nombreuses tâches, les adultes redécouvrent des notions essentielles : la maîtrise de soi, la concentration, la prise de décision, la socialisation, l'affirmation de soi dans le respect de l'autre, etc.

Une exploitation en faveur du développement durable

Pour toutes ces raisons, le Comité de Coordination des Monts du Lyonnais, qui anime et fédère de nombreuses activités dans la région et notamment celle de suivre la réinsertion professionnelle des personnes les plus en difficulté, a décidé de soutenir l'action de l'association Jardin d'Avenir en l'aidant à étendre ce recours à la traction animale. Grâce à son intervention, la fondation Veolia va financer l'acquisition de deux chevaux et de deux ânes supplémentaires avec leurs harnachements.

Au plan local, cette initiative est très appréciée : les jardiniers sont fiers de participer à une exploitation maraîchère respectueuse de l'environnement - l'agriculture pratiquée ici n'utilise aucun désherbant chimique - et les consommateurs des paniers de légumes vendus par les Jardins d'Avenir, comme les exploitants agricoles du voisinage, sont eux aussi très intéressés par ce retour aux techniques ancestrales. Chacun ayant bien conscience que le "tout mécanique" et le "tout chimique" sont aujourd'hui parvenus à leurs limites.

À tous égards, cette initiative qui s'appuie réellement sur les principes fondamentaux du développement durable, emporte donc l'adhésion de plus en plus de personnes.