Au secours de la baie d'Hai Phong : partenariat renforcé

Depuis deux ans, Brest et la ville de Hai Phong se sont lancées dans un important partenariat pour sauver la qualité des eaux de la baie d'Hai Phong et assurer la préservation environnementale de ce site exceptionnel. Le chantier, qui fait se rencontrer élus, industriels et universités françaises et vietnamiennes, se poursuit.

"En juin 2010, nous avons été invités à écouter la restitution des travaux effectués durant la phase 1 lors d'un séminaire organisé à Hai Phong. Le directeur de l'IMER et le président du Comité Populaire de Hai Phong ont insisté sur l'intérêt de ce projet pour leur ville. La motivation de tous les partenaires vietnamiens et leur volonté de mettre en place des moyens efficaces ont été clairement démontrées. Par ailleurs, le Rapport du PNUD identifie les côtes vietnamiennes comme des zones prioritaires en termes de risque dans le cadre du changement climatique : une raison supplémentaire, s'il la fallait, pour le soutenir."

Marie-Marguerite Bourbigot

Des activités portuaires industrielles très nombreuses, une pêche encore florissante, des plages bordées de restaurants et des familles venant s'amuser dans l'eau... : la ville d'Hai Phong concentre à peu près toutes les activités humaines que son exceptionnelle situation en bord de la mer de Chine le permet.
Elle est par exemple la deuxième ville vietnamienne concernant l'activité portuaire et l'un des points de départ des excursions maritimes vers la baie d'Halong.

Mais elle pâtit désormais de cette exceptionnelle situation. Ses eaux sont extrêmement polluées au point de devenir un réel frein pour la pêche et le tourisme et sa baie s'ensable, risquant de remettre en question le trafic des gros navires dans le port.

À des milliers de kilomètres de là, la ville de Brest a déjà connu des difficultés semblables et se trouve en passe de les régler grâce à un "contrat de baie" conclu avec toutes les parties prenantes : collectivités territoriales, entreprises, associations, université, etc. Fondée pour cette occasion - sauver la rade de Brest - l'association Technopôle Brest-Iroise a donc fait le projet de seconder Hai Phong en lui faisant partager son expérience.

Des études pour assurer la sécurité alimentaire

Depuis l'accord de coopération signé entre le Comité populaire de la ville d'Hai Phong et Brest métropole océane en 2007, un ambitieux partenariat multi-acteurs et pluridisciplinaire s'est donc établi entre les deux cités. Il est concrétisé par un projet de "Gestion de la baie d'Hai Phong" où se côtoient notamment le groupement brestois Littoralis, l'Université de Bretagne occidentale, Brest métropole, le Technopôle Brest-Iroise, le comité populaire d'Hai Phong et l'Institut de recherche IMER (Institut de sciences marines vietnamien).

En 2008, la fondation Veolia participait déjà au"tour de table" des bailleurs internationaux soucieux de participer à cette initiative novatrice. Au cours de cette phase 1, le personnel de IMER était notammentformé aux méthodes de prélèvements et d'analyse de laboratoire de l'eau de la baie et un Système d'Information Géographique (SIG)était développé pour intégrer toutes les données recueillies, mettre en évidence les niveaux de pollution et faciliter la gestion environnementale ultérieure de la baie.

Il s'agit désormais de passer à la phase 2 de cet important chantier. La Fondation poursuit donc son accompagnement. Prévue pour se dérouler dès la fin 2010, cette nouvelle étape a pour objectif global la conception et la mise en place d'outils et de méthodes de concertation et d'aide à la décision pour assurer une gestion de qualité de la baie d'Hai Phong.

Plus précisément, la phase 2 se décompose en quatre modules :

  • la mise en place d'un groupe de pilotage ;
  • le développement du SIG et de compléments logiciels d'aide à la décision ;
  • des études sur la qualité du milieu marin (mise en évidence de données "hydrologie et polluants minéraux") ;
  • la fourniture d'expertise et d'outils pour concevoir des scénarios d'aide à la décision dans les domaines tels que l'évolution des pollutions, les analyses d'impacts, l'identification des sources de pollution ou enfin la dégradation de l'environnement.

Complément significatif de ce travail, la phase 2 va voir la collaboration établie entre l'Université de Bretagne occidentale et l'Université vietnamienne de Nha Trang (UNT) se renforcer. Cette coopération, concentrée sur le thème de la sécurité alimentaire liée à la consommation de produits issus de la mer va permettre d'évaluer précisément les risques pour les consommateurs de fruits de mer et de poissons issus de l'aqualculture pratiquée dans les eaux de la baie.

Outre l'aide financière apportée une deuxième fois par la fondation Veolia à ce grand chantier, Veolia va y apporter son concours sous la forme de mécénat de compétences effectué par des spécialistes de Centre d'analyses environnementales de Veolia auprès des étudiants de l'UNT.

Domaine : Environnement et Biodiversité
Pays : Vietnam
Dotation : 23/05/2014

3e phase (élargie à la baie d'Ha Long) du projet international du tranfert de compétences pour restaurer et préserver la qualité des eaux et du littoral.

Domaine : Environnement et Biodiversité
Pays : Vietnam
Dotation : 26/03/2008

Programme de développement durable dans la baie d'Haiphong pour améliorer la qualité de l'eau et assurer l'avenir économique.

  • Technopôle Brest Iroises soutenus
    Domaine : Environnement et Biodiversité
    Pays : Vietnam
    Dotation : 23/05/2014

    3e phase (élargie à la baie d'Ha Long) du projet international du tranfert de compétences pour restaurer et préserver la qualité des eaux et du littoral.

  • Technopôle Brest-Iroise
    Domaine : Environnement et Biodiversité
    Pays : Vietnam
    Dotation : 26/03/2008

    Programme de développement durable dans la baie d'Haiphong pour améliorer la qualité de l'eau et assurer l'avenir économique.