Assurer la sécurité alimentaire de villageois par la culture maraîchère

Pour assurer la sécurité alimentaire de populations habitant dans les villages sahéliens du Niger, Agrisud international développe des périmètres maraîchers en s'appuyant beaucoup sur les femmes. Il reste à augmenter les capacités d'accès à l'eau d'irrigation et à évaluer si les conditions de qualités sont suffisantes pour que celle-ci puisse également servir d'eau de boisson.

« Ce projet s'inscrit dans la part de responsabilité qu'a accepté de prendre en charge le Groupe Veolia pour atteindre les Objectifs du Millénaire. D'ici mars 2010, on comptera environ 10 000 bénéficiaires supplémentaires. Par ailleurs, il témoigne de l'importance du rôle des femmes dans le développement et en particulier de celui de l'accès à l'eau et à la sécurité alimentaire. 81 % des bénéficiaires directs de ce projet sont en effet des femmes. »

Le comité de parrainage

Depuis 1992, Agrisud s'investit auprès des populations les plus pauvres de la planète pour les aider à construire leur autonomie, en ayant recours aux différents leviers de l'économie de marché.

En Afrique et en Asie du sud, elle a ainsi réussi à soutenir la création de 22 000 très petites entreprises (TPE) qui emploient près de 90 000 personnes.

Au Niger, son engagement se fait en priorité au service d'une exigence fondamentale : assurer la sécurité alimentaire des villageois les plus pauvres, notamment dans les régions sahéliennes. Dans trois départements - Dosso, Tahoua et Diffa - elle développe des programmes de diversification de l'agriculture, elle aide les responsables administratifs et coutumiers à mieux gérer les risques de crises alimentaires et elle intervient en appui aux ONG locales.

L'eau, oui, mais une eau de qualité

Parmi l'ensemble de ces missions, elle a sollicité la fondation Veolia pour l'aide financière qu'elle peut apporter et pour le soutien technique que ses ingénieurs, en France ou au Niger, sont à même de dispenser.
En effet, dans vingt-huit bourgs ruraux, elle met tout en œuvre pour asseoir l'efficacité économique et écologique de ses projets. Le volet écologique passant évidemment par la lutte pour fiabiliser les accès à l'eau, la lutte contre l'érosion et la désertification.

Concrètement, dans chacun des bourgs, vingt-huit sites maraîchers assurent déjà des ressources à 1 332 familles. Aménagés, et majoritairement pris en charge par les femmes, ils ont également bénéficié de solutions d'irrigation des cultures.
Et c'est précisément là que la bât blesse : compte tenu de la grande précarité dans laquelle vivent les familles, cette eau sert également d'eau de boisson - alors que rien ne garantit sa qualité. Agrisud international a donc demandé à la fondation Veolia qu'elle l'aide à construire quarante nouveaux puits et quatre-vingt-six bassins de reprises pour l'irrigation. Ensuite, elle souhaite que les experts du groupe puissent effectuer les analyses nécessaires afin d'évaluer avec précision la qualité de l'eau. À partir de ces études, il sera alors possible de proposer des actions pour conserver et/ou améliorer l'eau destinée à la consommation humaine et pour sensibiliser les familles aux gestes de sécurité sanitaire concernant l'eau.