Accès à l'eau potable et assainissement pour la commune de Bangangté

Au Cameroun, la majorité des systèmes d'eau potable réalisés dans les années 1980 par l'Etat ne fonctionnent plus, faute de suivi et de compétences pour assurer leur entretien. Avec le soutien des Enfants du Ndé, association parisienne de la diaspora camerounaise, le programme Modeab* se met en place dans la province Ouest du pays sur la commune de Bangangté (150 000 habitants répartis en 11 villages) pour construire une maîtrise d'ouvrage locale en matière d'eau et d'assainissement. L'objectif final étant de le dupliquer à terme sur tout le Cameroun.

Tout a commencé à Bangoua, l'un des villages de la commune de Bangangté. En 2006, les Enfants du Ndé sollicitent la fondation Veolia pour être leur partenaire principal sur un projet de réhabilitation du réseau d'eau potable, en tant qu'expert technique et cofinanceur. D'autres bailleurs de la solidarité internationale (Agence de l'eau, syndicat des eaux, communes) se sont aussi mobilisés. Après quatre ans de travail continu, en collaboration avec les autorités locales : quatre châteaux d'eau du village ont été réhabilités et le réseau d'adduction a été rénové. Outre les travaux d'eau potable, un bloc sanitaire (toilettes, douches, lavoirs) a été construit dans un marché accueillant 5 000 personnes chaque semaine. Un comité de gestion assure le suivi de l'exploitation et de la distribution de l'eau. Sur le plan sanitaire, les maladies liées à l'eau insalubre ont diminué de 41 %.
Comprendre le projet Modeab
PDF - 2.52 Mo
Le programme de Maîtrise d’ouvrage durable dans les secteurs de l’eau et de l’assainissement dans la commune de Bangangté (Cameroun)

Maîtrise d'ouvrage locale en matière d'eau et d'assainissement
Forts de ces succès, la mairie de Bangangté a sollicité la fondation Veolia afin qu'elle reconduise cette opération sur l'ensemble des villages de la commune de Bangangté, dont les infrastructures en eau sont soit endommagées, soit hors service. Dans chaque village, il s'agit donc de les remettre en état et de veiller à l'accompagnement technique, comptable et financier des comités de gestion. Sept adductions d'eau potable ont ainsi été réhabilitées (20 forages, 12 châteaux d'eau et 200 bornes-fontaines) et 15 blocs sanitaires construits. Afin de maintenir la qualité de l'eau distribuée, des analyses ont été réalisées et leur étude a permis d'évaluer les risques de pollution des sources. La tarification du service de l'eau sera établie en conformité avec la stratégie nationale. Pour créer un système pérenne de maintenance et d'entretien, des réparateurs locaux seront formés et les structures de gestion renforcées. Par ailleurs, le projet comprend également un volet de sensibilisation de la population locale à l'hygiène et une formation à l'entretien des blocs sanitaires.
COP22 : les meilleures pratiques de Bangangté couronnées
PDF - 19.25 Ko
MédiaTerre, 22 novembre 2016
Le budget estimé à 1,3 million d'euros est partagé entre plusieurs partenaires dont l'Association internationale des maires francophones (AIMF), la commune de Bangangté, l'Agence de l'eau Seine Normandie (AESN), le Syndicat Interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAAP) et la fondation Veolia (à hauteur de 350 000 € sur trois ans, dont 50 000 € sont consacrés au mécénat de compétences).

Ce programme a l'ambition d'être réplicable sur l'ensemble du pays : il bénéficie actuellement à 11 villages parmi les 350 autres répartis dans tout le Cameroun, qui eux aussi arborent des infrastructures en eau non opérationnelles.

De plus, le contexte politique est favorable puisque le processus de décentralisation naissant au Cameroun implique davantage les communes dans la gestion et l'assainissement de l'eau.

Grâce aux nombreuses missions de volontaires conduites en 2013 et 2014, les sept réseaux d'eau potable ont été réhabilités. La véritable innovation réside dans le système de gestion mis en place  :

Accès à l'eau potable et assainissement pour la commune de Bangangté 9780,raw,acteurs--modeab---fr.PNG


Tous ces acteurs travaillent aujourd'hui en synergie les unes avec les autres pour assurer gestion pérenne et optimale des infrastructures.

Le volet assainissement du projet, qui prévoyait la construction de 15 latrines écologiques, 5 dans les marchés et 10 dans les écoles, avec la mise en place d'un système de gestion durable, est aujourd'hui terminé. De plus les latrines ont permis la création d'un système de fertilisation à l'aide des urines hygiénisées. Les populations acceptent progressivement de réutiliser cet « engrais humain » pour obtenir des récoltes luxuriantes et déjà trois campagnes d'épandage ont été menées depuis le début du projet. Le succès avéré du programme a conduit l'ambassade de France et le ministère des Affaires extérieures du Cameroun à en subventionner une extension qui permettra l'alimentation en eau des villages de Bangoua et Bandiangseu.

En 2017, la fondation Veolia prolonge l’intérêt porté au Modeab en finançant un audit d'évaluation pour tirer toutes les leçons de ce programme exemplaire.

Célestine Ketcha-Courtès au Forum mondial de l'Eau 2012

*
* *

Portrait de Célestine Ketcha-Courtès
Article publié dans le magazine Elle du 12/09/2014
Les Enfants de Ndé
Domaine : Humanitaire et Développement
Pays : Cameroun
Dotation : 09/04/2013

Appui à la municipalité de Bangangté pour mettre en place un service de gestion des boues de vidange et construire un site de traitement des boues valorisant les sous produits.

Les enfants du Ndé
Domaine : Humanitaire et Développement
Pays : Cameroun
Dotation : 04/07/2006

Réhabilitation du réseau d'eau potable de la ville de Bangoua et formation des habitants à la gestion de l'eau