Concevoir un accès structuré et durable à l’eau et à l'assainissement dans des bidonvilles bulgares

Créer des infrastructures d’accès à l’eau et à l’assainissement est indispensable mais pas toujours suffisant pour qu’un service de l’eau puisse voir le jour. Il faut sensibiliser et faire œuvre de pédagogie auprès des populations concernées. Eau et vie, ONG spécialiste de ces sujets, œuvre dans les bidonvilles périphériques de Sofia,en Bulgarie, pour pérenniser l’accès à ces services essentiels.



Dans le district de Lyulin en périphérie de Sofia (Bulgarie), la plupart des maisons sont connectées aux réseaux d’eau et d’assainissement de manière illégale. Les branchements sont mal construits et entraînent de fréquentes casses et fuites ainsi que des obstructions de réseau. L’assainissement se rejette directement dans la rivière de la ville sans traitement.
 

Un modèle basé sur une ingénierie forte

Des infrastructures ont été construites mais les difficultés persistent. L’ONG Eau et vie va intervenir pour trouver, avec la collectivité locale, une solution pérenne.
 
Basée en France, elle travaille depuis de nombreuses années sur le développement de l’accès durable des populations aux services de l’eau et de l’assainissement dans des pays très différents. L’originalité de son approche est double. Une longue phase d’étude préalable à l’installation d’un service d’eau permet d’abord de caractériser la population cible et de développer une réponse spécifique. Puis Eau et Vie installe un service social de l’eau qui, à terme, génère des bénéfices et dont la gestion est confiée à des personnels issus des populations clientes.
 
C’est sur la base de cette ingénierie sociale forte que les partenaires ont développé un projet pilote d’amélioration des conditions d’accès aux services de l’eau et de l’assainissement à Filipovtsi, dans le district de Lyulin.
 

Une étude sur douze mois

L’approche retenue s’inspire de la démarche déjà pratiquée par Eau et Vie dans d’autres contextes pour assurer un accès durable des populations à l’eau et à l’assainissement. Deux entités juridiques sont créées sous la forme, pour l’une, d’un syndic horizontal de proximité qui sera en charge de s’assurer du paiement des factures d’eau et d’assainissement et qui sera l’interlocuteur de l’opérateur local, Sofiyska Voda, pour l’autre d’une ONG qui s’occupera de promotion à l’hygiène, de plaidoyer auprès de la mairie de quartier et de mobilisation communautaire tout au long de la vie du syndic.
 
Une étude conduite sur douze mois permettra de présenter officiellement la démarche aux pouvoirs publics locaux et aux communautés présentes (Phase 1 : Mobilisation & plaidoyer) puis de qualifier la population cible (Phase 2), notamment du point de vue de son pouvoir d’achat, enfin de lancer les services de manière opérationnelle (Phase 3) en déterminant notamment un business plan.
 
La fondation Veolia soutient cette expérimentation sociale aux côtés des différentes parties prenantes du programme.